les chemins de portage (poésie)

Naissance, choix, peau

Décisions, tambour et mots

Rivière, appel, amour

Oiseaux, histoire et troubadours

Réfléxion, terre, capteur

retour sans retour je crève je meure

Philosophie, nations, je vis

Que le plan nord achève

déjà notre heure

Saisons, portage, fusil

Balle de trois quarts la couleur

Un cercle, peinture en beurre

sur la toile de mes rêves en vapeur

au-dessus de la lune qui dessine mes erreurs

Destinée ou peut-être hasard

Écriture, tabac, et famille

je regarde une dernière fois les arbres

l’amour des outardes

sur le ciel à l’horizon qui brille

corde, vie, poèmes

le choix des tambours se fait bohème

sur la rive des mes portages

quand je revis les papiers

où tout s’efface comme le temps qui retrace

les pas des sentiers

sur les crimes pardonnés

des hommes affamés

les aurores ont des noms

de fumée de sauge

mais rien ne se perd plus

que des mensonges

de souvenirs

des rêves atténués

à mes yeux qui s’étirent

comme des plumes qui sont tombées

les tortues s’en retournent et j’me perds

dans le boisé de mes tours

surtout quand je regarde

les hiboux faire leur sourd

vous le voyez pas

mais j’ai su sang sur la hanche

c’est parce que j’ai échappé

tantôt ma viande en revanche

j’ai vu ça comme un signe

commes les renards roux qui traversent la ligne

je tremble comme un loup qui se relèvent et s’assigne

le dernier des héritages d’un peuple qui se résigne

à fermer les yeux et à taire son coeur

à compter les rêves de ses vieux capteurs

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s