les jours des feux, des tambours et des meutes (slam)

I  (Jour du Blocus)

Les mains en l’air, les mains tendues, les mains tenues, les mains nues.

C’est parce qu’on a besoin de parler, on oublie parfois d’en hurler

Les tambours s’écrivent, les plumes s’alourdissent, on ne craint plus.

Notre sort est entre nos mains, nos élégies, nos territoires élucidés.

Tu as gravé sur nos totems malades des griffes inavouables.

Puis tu reviens nous lire des peaux de tisanes imbuvables.

 

Vois, je parle ta langue pour que tu me comprennes

Quand nous sommes plusieurs à avoir oublié la nôtre, ancienne

On s’élève sur nos lignes, nos femmes sont plus fortes que les tiennes

Elles ont cent mille ans de résistance dans le plus profond de leurs veines

Tu les arrêtes, tu les embarques mais tu verras, jamais elles ne s’éteignent

Et elles marcheront encore, aussi longtemps qu’elles s’en souviennent

Que leurs pères et leurs mères ont déjà tracé nos pas là où l’on règne

C’est une identité qui se forge à chaque pas et à chaque scène.

 

Redonne-moi mon histoire, que je te l’enseigne !

 

Les terres que tu auscultes, je n’ai pas le choix de les faire miennes

Moi qui leur appartenais, sans jamais dire qu’elles m’appartiennent

Simplement pour te souvenir, cette route n’est pas humaine

Celle que tu construis, ne serait-ce pas celle de ta haine ?!

II  (Jour du Souvenir)

Je me souviens mon grand-père qui ramenait la perdrix

Mon père et ses frères revenant des terres amaigries

Les odeurs de cuir transcrites aux coutures des fumées viandes

Le bureau de mon père ruisselant d’ancêtres paysages

Le feu sous ses rochers cuits l’amertume de sa cendre

Ces jeunes hommes aux yeux fatigués à la bosse de portage

L’orignal rapiécé les lièvres endormis dans l’auto

Je m’en souviens aussi, fouillant sur ces photos

Ces landes rouées de songes, que revoir est une légende

Qui partent chacune leur tour, comme des aînés en grand canot

J’en ai la souvenance, je dois le faire par écrit

Créer les films de nos vies le peuple sans faire de prix… !

Et encore, une photographie de moi enfant les bras de ma mère

Dans l’étreinte verdure de la forêt reine éphémère

–  Où sont ces enfants qui n’avaient connu que les sentiers de bois ?  –

Les voiles de la tente où chasser était encore aux abois.

III  (Jour de la Marche)

Marcher des siècles durant nos grands-mères à la suite

Il me semble que ceci se révèle au soleil familier

Le caribou s’est livré on s’assoit pour manger

Puis nous reprenons le portage de nos droits, sur la route 138.

IV (Jour du Feu)

Je caresse du regard les terres de nos esprits piégés

Vois, les tonnerres en bâton à message sont levés !

Les autres chantent encore les traditions refoulées

Les danses immortelles se feront colères assimilées.

L’aigle de son ombre traverse les frontières affligées.

 (Jour de la Terre)

Apu tshi issishueian : « nin enn nitassi » 

Usham tsha uin enn tudem tshetshi itliuian 

Nukaui Assi nimilek tshetshi ka nepakueian 

Nimilek nipinu mak mitshemnu tshetshi ka shiuelian 

Uin en tudem tshetshi itliuian, Nitassinan 

 

Innushkueut nute Mulial muteut mekuat 

Nin ana ka ui nashukau 

Nenishkupen tshetshi peshekuian kie nin 

Tekuen tshekuan tshi uauiteman

 

MAUAT TSHIUETIN ATESSEUN 

MAUAT TSHIUETIN ATESSEUN 

 

NUASH ESHPESH NEPIAN MAUAT NEKISSISHUEN 

NUASH ESHPESH NEPIAN MAUAT NEKISSISHUEN 

KIE ANUTSHISH KASHIKAT ESHEKAPUIAT TSHA 

MAUAT NISSISHUENAN 

 

C’est pour mes enfants que je danse

C’est pour mes grands-parents que je chante

 

Je serai encore là demain

Nous serons encore là demain

Nous ferons encore la paix demain

 

Uapen nuta iat 

Uapen nuta  

Uapen nuta iat 

 

Shuenematshetshu tshituassim 

 

Nuitemakuti nutaui nute ka taian 

Nuitemakuti nutaui nute ka taian 

 

Uapen nuta iat 

Uapen nuta

Uapen nuta iat… 

 

.

22 avril 2012. Journée de la Terre, RImouski.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s