Ta terre mienne (ma dernière ode à toi)

JE VIENS de la poésie

les îles lointaines ont barricadé mes veines
aux tiennes
j’ai mal encore toujours pareil

j’ai vu ta terre se mêler à la mienne

du haut des collines
la taïga fermée à nos ports

j’ai vu ta terre se mêler à la mienne
le jour oû les caribous
ont barricadé
les pistes anciennes

ferme mon corps à l’envie d’être tienne
où sont les barrages noués
de ma résistance ?

je suis une rivière libre
mes lanières qui s’enchaînent
mes bras vautours

j’ai vu ta terre se mêler à la mienne
la babiche de tes pas
enlaçant mon empreinte

empreinte de toi

mon lointain passager
sans retour

mon âme atteinte obligée
sans secours

je viens de la poésie

j’ai mordu la vie
elle saigne de cent espaces

j’ai vu ta terre se mêler à la mienne
ton sol ma mère
perdue détournée

mon amour où sont passées nos îles lointaines ?

nous aurions dû nous y enterrer avant les chemins empêchés
avant de nous y arrêter

taïga brûlée
par le temps
la frayeur du temps glacé

mon amour où sont passé nos détours ?

ma famine mutilée

j’ai vu ta terre se mêler à la mienne
combien de temps pleurerai-je encore ?

(p.s. : je t’ai toujours aimé

voici maintenant la fin j’ai mal

mais demain m’apportera un nouveau fleuve

les routes m’ont gardée lointaine

je leur ai toujours appartenu

je t’aimerai toujours quand même

les jours finis grugés de sel).

23 septembre 2012. Sainte-Foy déchiré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s