Ishinakuan pakushenitamun

Cours, viens ! Marche à mes côtés
Je suis celle qui meurt qu’on l’appelle
Fille ! De la Nation !
L’Enfant de la Terre. Épouse de l’Univers,
Tant je l’aime, tant je le perds.

Cours, viens ! Droit à mes côtés
Construire les repères, renouveler 
Les réverbères
Prenons le même train, allons au même 
Débarcadère
Demain ne connaîtra plus de vipères.

Cours à la poursuite des ponts tendus
En perche d’anguilles
Ceux que l’on dépose sur le tronc des bouleaux
Viens partager le gibier de ma pêche
Que la fumée du tabac
Resserre nos dépêches !

Incapable
D’en démordre

La loi avec les Indiens. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s