Opitciwan

M.D. umenu

Il est un peuple qui roucoule

Les corneilles nichent sur les cratères

Les petits ours courent le bord des routes

Priant les bois de les couvrir

De plus noir que leur fourrure

Et leur ombre

 

Tu m’enveloppes et jaillis

La Grande Ourse berce

La quiétude

 

Que les chants anciens resplendissent

En toi

L’Aimé

 

Car ta beauté est telle

Qu’elle me libère.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s