Moi, je ne l’oublie jamais

Chaque jour depuis mes vacances et en travaillant sur des manuscrits je me questionne sur l’activisme qui manque sauvagement dans notre société. Je pense à ces machines qui boivent à l’intérieur des entrailles de notre sol pour abreuver les compagnies d’exploitation de ressources naturelles internationales. Je ne comprends pas pourquoi tant de gens ne savent pas considérer la valeur vitale de notre territoire commun. Je vois des amis se donner les uns après les autres pour protéger des terres; chaque fois en mon corps je ressens une secousse. On me dit: «tu fais de la belle poésie à propos de la terre», puis je ne comprends pas pourquoi le lien à la terre n’est pas une évidence alors que pour moi et pour bien d’autres, mais trop peu, il en est une. C’est ici que je crois que nos mentalités se séparent par une incroyable différence, ou sinon, c’est simplement un manque d’éducation total sur les valeurs humaines et environnementales.
De notre côté, je vois des hommes politiques autochtones sur le territoire canadien vendre leurs terres pour espérer sauver leurs communautés de la pauvreté, et puis on ne voit pas cet argent. Je ne pardonne pas le don des territoires traditionnels à des monstres corporatifs au nom de l’économie. Je ne comprends pas pourquoi non plus des chefs politiques, s’ils sont si fiers d’être ce qu’ils sont, des Natifs du Territoire, ne sont pas capables d’assumer ce que cela implique, que d’être né Natif. Des Autochtones du Sud prennent la peine de se déplacer au Nord pour nous dire que le commerce des terres ancestrales n’existent pas dans leur mentalité et n’a jamais existé. Ils font des kilomètres pour nous poser une seule question: «que vous restera-t-il lorsque vous aurez tout vendu?» Pour rappeler que l’Autochtone, l’Amérindien, l’Indigène, le Natif est le protecteur de l’ensemble du territoire de ce qui est aujourd’hui l’Amérique. Puis avec le temps, cette voix devient comme un fantôme qu’on continue à entendre mais qu’on ne voit plus. De ce côté, je peux comprendre pourtant, avec le recul historique, pourquoi certains pensent ou succombent de cette manière. Ce sont les blessures accumulées de nos générations précédentes et présentes qui parfois résultent en ces gestes détachés de nos valeurs traditionnels.
De ce côté, je ne sais plus quoi souhaiter pour 2016, si jamais moi-même je m’enlise avec le temps dans les appels matériels constants de la société dans laquelle on vit, et que j’oublie moi-même de répondre aux appels du territoire. Je ne peux/veux pas vivre dans une vie où chaque geste pose une conséquence néfaste et irréversible sur d’autres êtres humains. Car dans ma présence à la ville, je ne sais plus me sauver que par la poésie et la peinture. Le voyage de l’âme répond à peine à mon manque de la terre, du territoire que je pré-vois chaque jour dans mes yeux, comme un souvenir que me communique peut-être mon grand-père chasseur. Comment moi si loin de la terre et si loin de la tradition de la chasse je peux vraiment être l’héritière de ce grand-père qui parlait aux esprits?
Ce sont tous mes questionnements. Si je parle à mes ancêtres, il n’y a qu’eux qui semblent savoir, avoir la connaissance de tout, alors que personne ici ne saura me répondre. Vous me lirez, mais vous aurez vos raisonnements individuels, vos mentalités respectives, vous me répondrez peut-être, mais la terre ne sera pas soulagée ce soir ni demain. Je sais bien que le temps est important, mais le temps avance. Et nous ne sommes pas prêts à se mettre debout et à considérer réellement les valeurs de la terre.
Un jour peut-être, je parviendrai à cet objectif. Je réfléchis, comment est-ce que j’y parviendrai? Un jour à la fois. Un geste à la fois.
Ce sera long et immense mais j’espère tout de même, car en moi je trouve la lumière et assez d’amour pour continuer sur le chemin qui m’appelle et que j’emprunte. Avec la détermination de ce grand-père qui courait dans les neiges, entre les branches de sapin du territoire ancestral qui se meurt.
Moi, je ne l’oublie jamais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s