Je suis / j’existe
je suis venue apporter la lumière aux nations
je suis venue avec la lumière

Moi
femme d’entre toutes les femmes
nation d’entre toutes les nations
je reprendrai le nom de mes ancêtres

 

Née en 1991 à Baie-Comeau, Natasha Kanapé Fontaine est Innu, originaire de Pessamit sur la Côte-Nord. Poète-interprète, comédienne, artiste en arts visuels et militante pour les droits autochtones et environnementaux, elle vit à Montréal. L’une des voix les plus importantes du Québec.

Son premier recueil de poèmes, N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures (Éditions Mémoire d’encrier, 2012), relatant ses premiers questionnements identitaires, a été salué par la critique, et lui a valu le Prix d’excellence de la Société des  Écrivains francophones d’Amérique 2013. Finaliste au Prix Émile-Nelligan 2015, son second recueil Manifeste Assi (Mémoire d’encrier, 2014) est le chant de la terre qui étouffe sous l’exploitation des ressources naturelles, dont les sables bitumineux en Alberta. En février 2016, elle publie Bleuets et abricots (Mémoire d’encrier), un troisième livre de poésie qui porte «le discours de la femme indigène qui revient à la vie pour renverser l’histoire».
Traduits en anglais par Howard Scott, les livres Do not enter my soul in your shoes (2015) et Assi Manifesto (à paraître, mai-juin 2016) traversent désormais les frontières et enchantent tant au Canada que partout dans le monde.
Le mois de mai verra la publication du tant attendu Kuei je te salue (Éditions Écosociété), un échange épistolaire avec l’auteur et romancier québéco-américain Deni Ellis Béchard sur le racisme entre Autochtones et Allochtones. Échange qui arrive à point, entre les actualités de la dernière année au sujet des peuples autochtones du Canada. Les deux auteurs réunis «nous offrent un livre humaniste et universel sur le rapport à l’autre et le respect de la différence.» Pour ouvrir le dialogue, le chemin vers la réconciliation.

Natasha Kanapé Fontaine s’inscrit dans la résurgence de la jeunesse autochtone actuelle. Porte-parole de la branche québécoise du mouvement pancanadien Idle No More (Fini l’inertie), elle travaille à développer la «Poétique de la Relation au Territoire» en philosophie. Natasha Kanapé Fontaine est poète invitée notamment en Belgique, en Haïti, en France, en Allemagne, en Écosse. En 2017, elle sera représentante des Innus et du Québec au Festival des minorités ethniques au Tibet.

Sa démarche artistique et littéraire tend à rassembler les peuples divergents par le dialogue, l’échange, le partage des valeurs, en passant par le «tannage des peaux», manière métaphorique de gratter les imperfections des pensées et des consciences. Avec la poésie, elle berce l’Environnement et entame un processus de guérison avec lui. Natasha Kanapé Fontaine lutte contre le racisme, la discrimination ainsi que les mentalités coloniales par la prise de parole et la poésie.

Tout pour assurer la trace, dans le processus de décolonisation, pour les générations futures.

 

Photographie de couverture par Max-Antoine Guérin, 2015.
Photographie en bas de page par Jérémie Battaglia, 2012.

 

Contenu Introuvable. Voulez-vous lancer une recherche?